Avis sur la culture des données FAIR de l’EOSC

Par le groupe d’experts du Comité directeur de l’EOSC (E03756)

Version 1.111 mise à jour 24-10-20221

>> Lien vers le texte original en anglais

1. Contexte
2. Objectifs à court terme
3. Recommandations
3.1 Recommandations de mise en œuvre de la culture des données FAIR de l’EOSC à l’échelle européenne
3.2 Recommandations de mise en œuvre de l’EOSC à l’échelle nationale
3.3 Recommandations de mise en œuvre de l’EOSC à l’échelle institutionnelle


Le groupe d’experts2 du Comité directeur de l’EOSC (EOSC-SB) a entamé une analyse globale des principaux concepts et pratiques de rupture liés à la construction et au fonctionnement futur de l’EOSC*. Les effets bénéfiques prévus de l’EOSC pour la recherche et l’innovation européennes requièrent des pratiques transformatrices dans plusieurs domaines, allant des technologies de collecte de données « FAIR-by-design » aux compétences d’exploitation des données et des services FAIR. Les questions spécifiques ont été choisies par le Comité directeur en fonction de l’urgence ou de la priorité perçue. Ces questions sont traitées individuellement dans des avis rédigés par le sous-groupe « Politique », élaborés par le Comité et communiqués au niveau tripartite avecla déclaration « EOSC: the Transverse European Data Space for Science, Research and Innovation »3 afin de devenir une référence pour la définition des politiques de l’EOSC à l’échelle européenne, nationale et institutionnelle.

1. Contexte

La culture des données, fondée sur des ensembles de savoir-faire et de compétences spécifiques, est un facteur clé pour procéder au changement culturel nécessaire à la mise en œuvre de la science ouverte et de l’EOSC. Un alignement et une coordination appropriés des politiques et des pratiques dans le domaine du développement de la culture des données sont primordiaux pour garantir que les principes de la recherche (une qualité, intégrité, transparence, vérifiabilité et confiance optimales) sont préservés et que les objets de recherche sont partagés conformément aux normes juridiques et éthiques les plus élevées.

La création d’une masse critique de données FAIR et de services de données FAIR, leur partage et leur (ré)utilisation efficace requièrent un ensemble de connaissances, savoir-faire et compétences spécifiques. Ces derniers peuvent être enseignés dans des contextes formels, informels et non formels et promus par des mesures d’incitation appropriées. Les pratiques de la science ouverte demandent une formation et une évolution continue à l’échelle du chercheur et de l’organisme, et elles doivent être dûment reconnues dans les processus d’évaluation.

Afin de réaliser des avancées, il est essentiel de cultiver un paradigme d’éducation et de formation holistique, cohérent et visible, qui repose sur les principes de subsidiarité et de complémentarité des trois niveaux (européen, national et institutionnel).

Ce paradigme doit se baser sur des savoir-faire et des compétences bien définis, aborder de nouveaux profils professionnels et le potentiel des praticiens, et toucher trois grandes catégories de parties prenantes : les chercheurs, les professionnels de la science et de la gestion des données (qui accompagnent les chercheurs dans leurs activités, comme les intendants des données, les ingénieurs de logiciels de recherche, les curateurs de données, etc.) et les décideurs politiques.

Cet avis sur la politique se fonde sur une analyse des besoins, des politiques existantes et des bonnes pratiques. Il s’appuie sur une base de connaissances solide, présente dans

  • les documents de base de l’EOSC tels que le protocole d’accord, le SRIA et le rapport du groupe de travail sur les compétences et la formation du Bureau exécutif de l’EOSC ;
  • les politiques nationales pertinentes en matière de culture des données, qui ont été identifiées dans l’exercice de suivi de l’EOSC ;
  • les résultats des task forces de l’EOSC (administration des données, programmes d’enseignement et parcours professionnels, carrières de la recherche, reconnaissance et valorisation), des initiatives internationales comme la Research Data Alliance (RDA), GoFAIR et des projets financés par l’UE tels que FAIRsFAIR.

L’un des objectifs de cet avis est de réunir les différentes initiatives ainsi que d’identifier et soutenir la coordination et les synergies au sein de la gouvernance tripartite de l’EOSC. Les objectifs et recommandations suivants ciblent les priorités à court terme (2022-2024) vers l’objectif global de la science ouverte comme nouvelle normalité (voir l’avis du Comité directeur sur le suivi de la science ouverte). Les objectifs et les recommandations à moyen terme (2025-2027) et à long terme (2028-2030) seront traités par le Comité directeur ultérieurement.

2. Objectifs à court terme

Les États membres du groupe d’experts du Comité directeur de l’EOSC et les pays associés effectueront tous les efforts nécessaires pour atteindre les objectifs suivants au cours de la période 2022-2024. D’ici 2024

  1. les savoir-faire et compétences des chercheurs en matière de données ouvertes à tous les stades de leur carrière stimuleront une augmentation stable et solide des données de recherche ouvertes partagées conformément aux principes FAIR et la réutilisation des données existantes ;
  1. un accompagnement durable des chercheurs sera fourni dans leurs activités par des professionnels de la science et de la gestion des données ayant des rôles et des responsabilités bien définis ;
  1. l’apprentissage mutuel sera largement pratiqué dans le domaine de la science ouverte à travers l’Europe en créant des réseaux et des plateformes respectifs ;
  1. la sensibilisation aux données FAIR et à la culture des données sera généralisée parmi les décideurs et responsables politiques européens, nationaux et institutionnels en ayant recours à la désignation, l’éducation et la formation d’ambassadeurs EOSC / données FAIR (Champions) sélectionnés parmi eux.

3. Recommandations

Afin d’atteindre les objectifs et de mettre en œuvre la culture des données FAIR, le Comité directeur de l’EOSC recommande à la Commission européenne, aux États membres, aux pays associés et aux institutions, avec l’association EOSC, de prendre des mesures dans les domaines sous-mentionnés, tout en reconnaissant que les niveaux de responsabilité peuvent varier d’un pays à l’autre. En vue d’exploiter les synergies, le Comité directeur conseille d’effectuer un bilan régulier et conjoint des politiques, programmes et activités existants à tous les niveaux, ainsi qu’un échange de bonnes pratiques, par exemple au cours de sessions dédiées lors d’événements tripartites.

3.1 Recommandations de mise en œuvre de la culture des données FAIR de l’EOSC à l’échelle européenne

  1. Fournir un cadre européen pour les savoir-faire et les compétences en matière de données FAIR (y compris les matrices des connaissances spécifiques sur les questions techniques, juridiques, éthiques, sociales et de pérennisation) en tant qu’élément clé de la politique de science ouverte ;
  1. mettre en place un réseau européen de centres de compétences institutionnels et nationaux en matière de données ainsi que d’autres organismes connexes apportant un soutien à la gestion des données selon les principes FAIR ;
  1. viser une cohérence entre les pratiques de formation et d’éducation dans toute l’Europe, par exemple au sein de la plateforme européenne Knowledge Exchange et des catalogues de formation existants développés par divers projets européens, dont les projets EOSC Future et Skills4EOSC ;
  1. renforcer la collaboration entre les communautés de recherche nationales et régionales grâce à des plateformes (nœuds) d’apprentissage mutuel et d’échange de bonnes pratiques mises en place à l’échelle européenne dans des domaines de recherche spécifiques ; celle-ci s’appuierait sur les expériences de ces communautés couvertes, par exemple, par les clusters scientifiques ;
  1. déployer l’apprentissage mutuel dans le domaine de la science ouverte en intégrant les compétences liées aux données FAIR à la structure des programmes européens d’éducation numérique ainsi que les échanges d’étudiants et de personnel universitaire (par exemple, le plan d’action en matière d’éducation numérique 2021-2027 et le programme Erasmus+) ;
  1. proposer des programmes européens de formations d’ambassadeurs EOSC et données FAIR qui viendront soutenir la mise en réseau, un échange et une communication stables.

3.2 Recommandations de mise en œuvre de l’EOSC à l’échelle nationale

  1. Renforcer les politiques nationales relatives à la science ouverte et à l’EOSC dans le domaine de la culture des données FAIR des chercheurs et des professionnels de la science et de la gestion des données, y compris les savoir-faire et les compétences respectives ainsi que leur reconnaissance, les formations et les programmes d’enseignement ;
  1. créer des centres d’expertise du personnel d’accompagnement à la recherche afin de former les nouveaux professionnels des données FAIR (notamment ceux impliqués dans l’EOSC et d’autres espaces de données fédérés similaires) en se basant sur des programmes d’études agréés dans les universités et proposer des formations de perfectionnement pour les professionnels actuels ;
  2. construire des structures pour promouvoir la reconnaissance des savoir-faire et des compétences liés aux données ouvertes ;
  3. établir des programmes d’apprentissage et des formations axés sur une discipline ou un domaine pour les chercheurs à tous les stades de leur carrière, qui incluent l’intégration de la culture des données FAIR dans les programmes de master et de doctorat ;
  1. les délégués du Comité directeur de l’EOSC abordent le sujet « Culture des données FAIR et l’EOSC » pendant les discussions lors d’événements nationaux tripartites et communiquent les stratégies nationales de mise en œuvre au Comité directeur de l’EOSC.

3.3 Recommandations de mise en œuvre de l’EOSC à l’échelle institutionnelle

  1. [organismes de recherche] Intégrer la formation avancée liée aux données FAIR dans les programmes d’études des chercheurs en début de carrière (étudiants en master et doctorat) ;
  1. [organismes de recherche] proposer des formations de base et de perfectionnement pour les chercheurs et les professionnels de la science et de la gestion des données (c’est-à-dire les intendants et les curateurs des données et les ingénieurs de logiciels de recherche) ;
  1. [organismes de recherche] construire et soutenir des centres de compétences numériques et de données qui apportent une référence pour les praticiens et les utilisateurs des données FAIR, de l’EOSC et d’autres espaces de données, y compris la formation des nouveaux professionnels des données et le perfectionnement des praticiens, ainsi que de l’aide aux utilisateurs ;
  1. [organismes de recherche] coopérer avec les centres de compétences numériques et de données situés dans d’autres pays pour encourager la communication et l’échange ;
  1. [organismes de financement de la recherche] apporter un soutien financier aux centres de compétences numériques et de données ;
  1. [organismes de financement de la recherche] mettre en place des plans de gestion des données automatisés dans les formulaires de demande ainsi que les lignes directrices respectives ;

Le Comité directeur de l’EOSC devrait évaluer en 2024 l’efficacité et la performance des objectifs et des recommandations de mise en œuvre de la culture des données FAIR de l’EOSC.

*L’ambition de l’European Open Science Cloud (EOSC) est de fournir aux chercheurs, aux innovateurs, aux entreprises et aux citoyens européens un environnement multidisciplinaire fédéré et ouvert où ils peuvent publier, trouver et réutiliser des données, des outils et des services à des fins de recherche, d’innovation et d’éducation. L’EOSC n’est pas un organisme monolithique ou un fournisseur de ressources unique, mais plutôt une fédération constituée d’un grand nombre d’organisations indépendantes et de fournisseurs de ressources similaire à une approche « système de systèmes ». Il garantit à cet effet l’indépendance et l’autonomie des fournisseurs de ressources. (SRIA V1.0, juin 2021, Section 6).

Études et rapports


Le groupe d’experts du comité directeur de l’EOSC (E03756) a développé des réflexions sur des questions politiques de haut niveau. Les résultats de ces réflexions ont été formulés sous forme d’avis sur « l’EOSC et la culture des données », « l’EOSC et les partenaires commerciaux », « la souveraineté des données FAIR dans l’EOSC », et « le suivi de la science ouverte ». Les avis comprennent des objectifs et des recommandations pour la période 2022-2024. Une sélection d’éléments clés de ces avis est mise en évidence dans une déclaration commune du groupe d’experts intitulée « EOSC : l’espace européen transversal de données pour la science, la recherche et l’innovation ». Les quatre avis ont recueilli les contributions d’experts privés, d’experts gouvernementaux et de la Commission européenne, et ont finalement été adoptés par procédure écrite en novembre 2022.




Citer ce billet
isabelled (2023, 6 décembre). Avis sur la culture des données FAIR de l’EOSC. EOSC dans le texte. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vs0h

  1. Le point de contact de cet avis du groupe d’experts du Comité de pilotage de l’EOSC est RTD-EOSC@ec.europa.eu []
  2. Registre des groupes d’experts de la Commission et autres entités similaires (europa.eu) []
  3. EOSC: the Transverse European Data Space for Science, Research and Innovation – STATEMENT, https://doi.org/10.2777/140927 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search